Marc Desmazières

Enfin un auteur qui court, bien même et ce depuis 40 ans. Enfin, plutôt un coureur qui écrit, bien même, et ce depuis longtemps.

1h08 sur 20 km, 2h42 sur marathon, président du club La solitude des coureurs de fond, « Je vous salue maris », « En attendant que ma mère meure », « Sans concession » et, enfin, « Le bagne de la liberté ».

Publicitaire reconnu, ce qui aurait pu faire craindre du Beigbeder à un balle quatre vingt dix neuf, Marc Desmazières manie la formule et le texte ciselé non pour faire de l’esbrouffe mais pour transmettre avec l’efficacité de la foulée rodée l’énergie du propos, de la description, de la conviction, de l’interrogation.

Il n’y a que les éditeurs qui ne se soient pas encore rendu compte de son talent.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *