Le garçon qui voulait courir vite de Pierre Bottero

Bonjour les amis,

A force de vouloir lire toute la littérature course à pied, je finis par faire des erreurs. Le livre chroniqué cette semaine relève de la collection jeunesse et est adressé à un public « à partir de neuf ans ». Et il y est peu question de course à pied, mais plutôt sur la manière pour les enfants et jeunes adolescents de gérer deuil d’un des parents, reconstruction et harcèlement scolaire.

Et pourtant, le livre parle au coureur : ici, l’enfant choqué d’avoir vu son père périr, ne parvient plus à courir alors que c’était son plaisir quotidien. Il ne retrouvera ses jambes qu’une fois le traumatisme mental évacué.

Ce qui nous ramène, dans une moindre mesure, à notre pratique quotidienne. Si la course à pied est notre refuge et notre plaisir, ce refuge est-il bien l’inviolable abri que nous imaginons ou juste une éphémère parenthèse dans notre vie ?

Pour acquérir ce livre, c’est ici

Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *