« La grande course de Flanagan » de Tom McNab

Bonjour les amis,

Attention, c’est de la bombe.

Si vous ne lisez qu’un seul livre de course à pied (à part le mien ici), c’est celui-ci, avant même Born to Run ou La solitude du coureur de fond ou Courir.

L’auteur connaît son sujet : il a été coach olympique et conseiller technique pour le film « Chariots de Feu ».

La grande course de Flanagan, c’est à la fois Les raisins de la colère en mode running, Forrest Gump pendant la crise de 29, Scott Jurek et Serge Girard avec un dossard.

La grande course de Flanagan, écrit en 1981, est tellement un chef d’œuvre de la littérature running que, un quart de siècle après l’avoir découvert, je n’ai pas besoin de le relire pour vous en parler. Mais je l’ai quand même relu (633 pages) trois fois, pour le plaisir.

Pendant la crise de 1929, un promoteur d’évènements sportifs a l’idée d’organiser une course par étape traversant tous les Etats Unis (plus de 5000km), projet qu’il lance sans avoir bouclé son financement, projet qui, à sa surprise, attire beaucoup de coureurs (il est historiquement démontré que plus les temps sont durs, plus les gens se mettent à la course à pied), projet dont on ignore jusqu’à la fin, s’il permettra aux coureurs de finir la traversée des Etats Unis.

On y rencontre des champions en reconversion, des chômeurs, des aryens, des femmes, des débutants. on vibre, on souffre, on s’indigne, on s’enthousiasme avec les coureurs. On angoisse avec le promoteur. On en sort épuisé et heureux d’avoir accompli cette traversée.

A mettre entre toutes les mains, coureurs ou non coureurs, adolescents et adultes, hommes et femmes.

Bref, c’est le sommet de la littérature running, avant que la littérature running n’ait même été inventée. Best seller à l’époque, best seller aujourd’hui encore.

Pour lire ce chef d’œuvre de la littérature course à pied, c’est : ici

2 réflexions au sujet de « « La grande course de Flanagan » de Tom McNab »

  1. On a eu le même plaisir
    Il y a de l’Albert Londres (Les martyrs de la route), du John Steinbeck (Les raisins de la colère), du Jules Verne (Le tour du monde en 80 jours), du Stephen King (Marche ou crève), du Mark Twain (Les aventures de Huckleberry Finn), de l’Horace McCoy (On achève bien les chevaux) dans cet ouvrage et j’aime ça.
    https://stephanerunningblog.blogspot.be/2017/01/la-grande-course-de-flanagan-tom-mcnab.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *