« Enduroman » de Cyril Blanchard

Bonjour les amis,

Petite trahison à la ligne éditoriale du blog cette semaine avec « Enduroman, Aimer et atteindre le sommet, L’aventure extraordinaire d’un homme ordinaire » de Cyril Blanchard qui parle peu de course à pied.

Avant que vous n’abandonniez la lecture de cette chronique, une précision : l’Enduroman, c’est 140km de course à pied de Londres à Douvres, la traversée de la Manche à la nage jusqu’à Calais puis 300km à vélo jusqu’à l’Arc de Triomphe à Paris. Intéressés ?

Je craignais que l’ouvrage ne soit que le descriptif d’un ultra triathlon. Et, il a bien été écrit par un triathlète, un de ces sportifs qui ne laissent rien au hasard et aiment les check lists. Bref, l’ouvrage passionnera tous les aficionados de la préparation sportive tant l’expertise et l’expérience accumulées par Cyril sont importantes.

Mais au delà de cet aspect technico-sportif, Cyril Blanchard nous emmène beaucoup plus loin que de Londres à Paris.

D’abord, et en soit même cela mériterait un livre, il a traversé La Manche à la nage. Il décrit cette traversée comme l’Everest de la natation ; il a tort. C’est bien plus sélectif que l’Everest car seulement 10% des tentatives se concluent par un succès. Et plus d’êtres humains sont allés dans l’espace que de nageurs sont parvenus à réaliser une traversée homologuée.

Ensuite, et c’est la partie qui m’a le plus impressionnée, Cyril décrit comment on passe du statut de sportif amateur dont l’ambition est d’être finisher d’un défi XXL au statut de champion. Car Cyril a établi, lors de son Enduroman, le record du monde sur l’épreuve (60 heures). Et cette transformation, il est rare de pouvoir y assister : nous connaissons soit des sportifs amateurs, soit des sportifs professionnels mais très peu de sportifs qui passent d’un statut à l’autre, de la chenille au papillon.

Enfin, même si cela m’a dérouté dans la première partie du livre, Cyril ramène tout ce parcours, cette aventure et cet exploit, à sa dimension humaine. Ce n’est pas le moindre intérêt du livre que de constamment rappeler qu’il n’est pas de sportif sans entourage, de performance sans environnement humain propice, de réussite sans équilibre personnel.

Et puis, in fine, le livre pose la question qui nous hante tous après la réalisation d’un objectif qui nous a fortement mobilisé : et après ?

Pour vivre l’aventure de l’Enduroman avec Cyril Blanchard, c’est chez votre libraire ou ici

Une réflexion au sujet de « « Enduroman » de Cyril Blanchard »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *