Courir de plaisir, Nathalie Lamoureux

Bonjour les amis,

J’ai lu deux fois ce livre.

La première fois, avant d’avoir couru la moindre course ultra. Je l’ai lu et je l’ai vite oublié, déçu par cet ouvrage qui hésite entre plusieurs styles (étude sociologique, auto biographie, compte rendu de courses, etc, etc), ce qui nuit à la fluidité de lecture et laisse chacun, selon ses appétences, sur sa faim.

La deuxième fois, cette semaine, après avoir couru depuis trois ans le même type de courses que l’auteur. Certains passages sont entrés en résonnance avec mes expériences, d’autres sont restés sans saveur, mais tous m’ont fait considérer d’un oeil nouveau le parcours de Nathalie Lamoureux, iconoclaste dans son approche -elle commence par les courses les plus difficiles avant de se préoccuper de ce que devrait être un entraînement structuré-, volontaire et visiblement avec un sens de la démesure sportive qui sied aux aventuriers.

Cet ouvrage est le récit de la découverte du monde de l’ultra et de ses personnages, que ce soit en mode montagne, avec l’UTMB puis la petite Trotte à Léon, désert, avec le Marathon des Sables, ou piste avec la No Finish Line, en version cinq jours. C’est aussi, on le pressent, le début d’une histoire d’amour avec la montagne. Depuis l’écriture du livre, Nathalie Lamoureux, qui ne s’est mise au sport qu’à 36 ans, est devenue le septième femme française à gravir l’Everest.

Pour la lecture du récit personnel d’une découverte du monde de l’ultra en montagne : http://amzn.to/2iJG8iS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *