Nathalie Lamoureux

Bonsoir les amis,

Septième femme française à avoir gravi l’Everest, à sa cinquième tentative, finisher de l’UTMB, à sa cinquième tentative, journaliste à Le Point.

C’est habituellement dans le sens inverse qu’est présentée Nathalie Lamoureux, comme si sa profession de journaliste était censée, en ce monde d’hyper communication, attirer les regards sur une femme dont la persévérance et la liste des réalisations outdoor -j’hésite à écrire sportives tant elle même semble réfuter ce qualificatif bien qu’elle le mérite- suffirait à embouteiller la bucket list de n’importe quel cadre supérieur affrontant la crise de la quarantaine.

Si dans sa production littéraire l’écriture, paradoxalement, n’est pas son point fort, le coeur qu’elle met à l’ouvrage compense largement ce petit défaut.

Pour rêver sur quelques centaines de pages, vous pouvez lire : L’Everest à la folie ou Courir de plaisir.

Pour rêver plus régulièrement, il y aussi http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/nathalie-lamoureux/

Courir de plaisir, Nathalie Lamoureux

Bonjour les amis,

J’ai lu deux fois ce livre.

La première fois, avant d’avoir couru la moindre course ultra. Je l’ai lu et je l’ai vite oublié, déçu par cet ouvrage qui hésite entre plusieurs styles (étude sociologique, auto biographie, compte rendu de courses, etc, etc), ce qui nuit à la fluidité de lecture et laisse chacun, selon ses appétences, sur sa faim.

La deuxième fois, cette semaine, après avoir couru depuis trois ans le même type de courses que l’auteur. Certains passages sont entrés en résonnance avec mes expériences, d’autres sont restés sans saveur, mais tous m’ont fait considérer d’un oeil nouveau le parcours de Nathalie Lamoureux, iconoclaste dans son approche -elle commence par les courses les plus difficiles avant de se préoccuper de ce que devrait être un entraînement structuré-, volontaire et visiblement avec un sens de la démesure sportive qui sied aux aventuriers.

Cet ouvrage est le récit de la découverte du monde de l’ultra et de ses personnages, que ce soit en mode montagne, avec l’UTMB puis la petite Trotte à Léon, désert, avec le Marathon des Sables, ou piste avec la No Finish Line, en version cinq jours. C’est aussi, on le pressent, le début d’une histoire d’amour avec la montagne. Depuis l’écriture du livre, Nathalie Lamoureux, qui ne s’est mise au sport qu’à 36 ans, est devenue le septième femme française à gravir l’Everest.

Pour la lecture du récit personnel d’une découverte du monde de l’ultra en montagne : http://amzn.to/2iJG8iS

Le gagnant de « Ultra-ordinaire » est …

Bonjour les amis,

Beerunneuse a été tirée au sort ; en m’envoyant son adresse physique et son adresse email, elle recevra « Ultra-ordinaire, journal d’un coureur » de Joan Roch.

Si mardi soir elle ne l’a pas fait, je procéderai à un nouveau tirage au sort.

En ce week-end d’épiphanie, n’hésitez pas à aller courir après la galette !

Et la semaine prochaine, une nouvelle chronique et un nouveau livre à gagner.

A suivre …

Jeu concours : gagnez « Ultra-ordinaire »

Bonjour les amis,

Comme promis à l’ouverture de ce blog (Cours toujours !), je vous offre, après chaque revue d’un livre, un exemplaire de celui-ci.

Cette semaine, c’est donc Ultra-Ordinaire, journal d’un coureur de Joan Roch

Pour le recevoir, rien de plus simple : vous partagez ce message sur réseaux sociaux (Facebook ou Twitter ou les deux), vous likez la page Facebook DesLivresPourCourir et vous attendez dimanche 08/01/2017 à 12h que je procède au tirage au sort.

Merci qui ?

Ultra-ordinaire, journal d’un coureur, Joan Roch

Bonjour les amis,

Comme son titre ne l’indique pas, ce livre n’est pas ordinaire dans sa forme. Hybride, il oscille entre le beau livre de photos, sans en avoir la qualité ni la prétention, et l’auto biographie.

L’aspect visuel est supérieur au style ; les angles de vue, les montages, les mises en scène justifieraient à eux seuls d’acquérir cet ouvrage auquel la couverture fait honneur.

Le texte, quant à lui, est en harmonie avec le titre, ce qui ne signifie pas qu’il ne présente aucun intérêt mais plutôt qu’il est dans la droite ligne de ce que tout ultra-runneur essaie d’expliquer à son entourage : il n’est qu’une personne normale qui s’entraîne régulièrement mais sans excès afin de s’offrir de belles balades … qui ne finissent pas toujours bien.

La simplicité de ton illustre parfaitement la simplicité -rafraîchissante- d’une démarche ancrée dans le quotidien.

Bref, c’est l’histoire d’un mec qui, un jour, décide de faire tous ses trajets domicile-travail en courant plutôt qu’en voiture ou à vélo, soit deux fois dix kilomètres par jour. Et qui, ce faisant, tel Alice au Pays des Merveilles, entre dans un monde magnifique qu’il nous fait découvrir.

Pour lire ou offrir ce journal peu ordinaire, c’est ici : http://amzn.to/2iDZ6u7

Joan Roch

Coureur, phénomène médiatique grâce aux réseaux sociaux, écrivain.
C’est dans cet ordre qu’il faut présenter Joan Roch dont l’existence a été révélée au monde après qu’il ait mis en ligne une video illustrant ses aller retour quotidien boulot dodo en course à pied.

L’histoire est belle.

Il court par plaisir pour aller au boulot. Il se met en scène. Sa notoriété soudaine lui permet d’envisager de vivre de sa passion, la course à pied.

L’histoire était trop belle.

Il a arrêté la course à pied, a repris un boulot, s’y rend à vélo.

Le gagnant de « Le bagne de la liberté » est …

Bonsoir les amis,

Laurent Armand a été tiré au sort ; en m’envoyant son adresse physique et son adresse email, il recevra « Le bagne de la liberté » de Marc Desmazières.

Si lundi soir il ne l’a pas fait, je procéderai à un nouveau tirage au sort.

Je profite de l’annonce de ce résultat pour vous transmettre à tous mes meilleurs voeux pour l’année 2017 ; que celle-ci soit synonyme de liberté et d’évasion.

Et la semaine prochaine, une nouvelle chronique et un nouveau livre à gagner.

A suivre …